Listes des examens pratiqués en ambulatoire et à l’hôpital

Examens pratiqués en ambulatoire :

Examens pratiqués à l’hôpital :

Examens pratiqués en ambulatoire :

Electrocardiogramme

Cet examen consiste en l’enregistrement de l’activité électrique du cœur en positionnant les électrodes situés comme suit :

  • L’épaule droite
  • L’épaule gauche
  • Cuisse droite
  • Cuisse gauche
  • Et les 6 autres sur le thorax. (cf.schéma)

Cet enregistrement montre la fréquence cardiaque, la nature du rythme (régulier ou irrégulier), donne des indications sur d’éventuels antécédents cardiologiques et apporte des précisions sur la position du cœur dans le thorax ainsi que la taille du cœur, des maladies cardiaques ou du péricarde (enveloppe entourant le cœur).

Echographie cardiaque et doppler :

C’est une technique à base d’ultrasons. Le patient est allongé sur le côté gauche. Une sonde enduite de gel est placée le long du thorax en des points bien précis. L’image envoyée donne les renseignements suivants :

  • Taille
  • Forme du cœur
  • Force de contraction
  • Etat des valves cardiaques
  • Etat du muscle cardiaque
  • Mesure de pression à l’intérieur du cœur
  • Détection des maladies valvulaires (rétrécissement ou insuffisance).

Cet examen montre également le péricarde (enveloppe entourant le cœur), et permet de dépister d’éventuelles maladies comme un épaississement ou un épanchement péricardique (accumulation de liquide entre les muscles cardiaques et le péricarde).

L’épreuve d’effort :

Cet examen réalisé sur un cyclo-ergomètre  durant plusieurs minutes commence par une charge faible (25 à 50 watt) et augmente progressivement jusqu’à atteindre environ 80% de la fréquence cardiaque maximale calculée comme suit : Age – 220.

Le patient est surveillé durant tout l’examen par l’enregistrement électrocardiographique et la prise de tension.

Cet examen est destiné à apporter des informations sur la performance physique du patient, l’apparition des troubles du rythme éventuels, la variation tensionnelle  et une insuffisance coronarienne connue communément sous le nom d’angine de poitrine.

Monitoring tensionnel de 24 h :

Enregistrement tensionnel à l’aide d’un brassard placé au bras gauche ou droit relié à un boitier porté en ceinture ou en bandoulière. Cet examen est destiné à étudier la variation tensionnelle sur 24 h, à objectiver une hypertension réelle, à démasquer une hypertension artérielle de circonstance dite hypertension de la blouse blanche, une hypertension artérielle paradoxale à savoir un patient présentant une tension artérielle normale à la consultation et une hypertension artérielle en dehors.

Cet examen est également d’une grande utilité chez le patient diabétique.

Monitoring holter de 24 h :

Cet examen consiste en l’enregistrement du rythme cardiaque pendant 24 h à l’aide de cinq électrodes placés sur le thorax reliés à un boitier porté en ceinture ou en bandoulière.

Les indications de cet examen sont :

  • Troubles du rythme cardiaque
  • Malaise
  • Vertige
  • Palpitations
  • Rythme cardiaque irrégulier à la recherche d’une fibrillation auriculaire.

Le dépistage de cette dernière affection (fibrillation auriculaire) est d’une grande importance vu les risques d’accident vasculaire causés par celle-ci si elle n’est pas détectée à temps.

Examens pratiqués à l’hôpital :

Coronarographie :

Hospitalisation en one day clinique.

Principe : cet examen est pratiqué par l’artère radiale ou fémorale (cf. schéma). Une sonde est introduite après la réalisation d’une anesthésie locale. La sonde est amenée jusqu’aux artères coronaires (artères irriguant le muscle cardiaque, une à droite et deux à gauche). On réalise alors plusieurs séquences d’enregistrements de ces artères en injectant un produit de contraste contenant de l’iode qui permet de rendre les artères visibles.

Indications :

  • Essoufflement important
  • Douleur thoracique
  • Infarctus myocardique en cours d’installation

Point important :
L’examen est pratiqué à jeun.

Signalez si une allergie à l’iode est présente ; dans ce cas, une préparation est nécessaire.

Le traitement sera pris comme d’habitude excepté le jour de l’examen pour certains médicaments qui seront modifiés ou arrêtés, tout ceci vous sera expliqué lors des consultations précédentes.

Angioplastie coronaire :

Cette procédure consiste à dilater par un ballon (cf. schéma) les endroits rétrécis de l’artère afin de permettre la mise en place de stent (ressort métallique fin destiné à élargir l’artère et garder ainsi un diamètre suffisant pour la circulation coronaire).

Cette procédure peut être réalisée lors de la même séance que la coronarographie ou lors d’une séance ultérieure et ce, pour permettre une discussion entre divers intervenants à savoir médecin traitant, le cardiologue réalisant l’examen, l’équipe médico-chirurgicale. Vous serez informé régulièrement. Rien ne sera réalisé sans votre consentement.

Chirurgie cardiaque :

Cette chirurgie coronaire sera proposée en cas de difficultés d’angioplastie ou en présence de nombreuses lésions sur des artères coronaires difficiles à dilater.

Echographie dobutamine :

Cet examen consiste en la réalisation d’une échographie comme décrit plus haut avec, dans le même temps, une étude de l’électrocardiogramme et de la fonction du muscle cardiaque. Le rythme cardiaque est accéléré progressivement grâce à l’injection d’un produit appelé dobutamine auquel on ajoute parfois de l’atropine.

Scintigraphie myocardique à l’effort :

Réalisation d’une épreuve d’effort sur cyclo-ergomètre combinée à l’injection d’un produit dit traceur qui a pour but de se fixer au niveau du muscle cardiaque bien irrigué par les artères coronaires. Cet examen montre donc par défaut les endroits qui sont les moins bien oxygénés et ceci peut aboutir à la réalisation d’autres examens complémentaires comme la coronarographie.